Les labels bio, comment s’y retrouver ? Petit guide !

Mathieu Maréchal est stéphanois depuis 6 ans, travailleur indépendant et formateur dans le domaine du marketing digital. Père depuis peu, il a maintenant à coeur d’accélérer la transition écologique de sa ville pour ses enfants et apporte son aide à la réalisation d’actions bénévoles qui vont dans ce sens. Il fait parti de la liste candidate aux élections municipales de Saint-Etienne de Montluc en 2020 OSONS L’AVENIR ! Il est l’auteur de cet article.  

Saviez-vous qu’il existe de nombreux labels pour les produits bio ?

Il n’existe pas que le label vert AB que vous connaissez toutes et tous.

Comment s’y retrouver et identifier tous ces labels ? C’est ce que vous découvrirez dans cet article.

Le bio, c’est bien, mais le local ?

Première chose importante à signaler : le bio, ce n’est pas forcément un produit local. Cela peut très bien être un produit importé de l’autre bout du monde, en avion.

L’impact écologique de ce transport peut alors être catastrophique !

Il est donc important, même lorsque l’on achète bio, de s’intéresser au bilan carbone de la nourriture qu’on consomme. Acheter des produits importés bio, c’est une garantie que les terres sont protégées : pas de pesticides et d’intrants chimiques. Mais rien n’empêche une dépense d’énergie importante pour importer les produits en France.

Les différents labels bio en France : panorama

Des labels bio, il y en existe de nombreux en France.

Tous ne présentent pas le même niveau d’exigence par rapport à l’environnement, il est donc utile de comprendre leurs portées respectives.

AB et Bio Europe

Ce label constitue en quelques sortes le « service minimum » (mais qui est déjà très bien, surtout comparé à l’agriculture traditionnelle).

Le label interdit l’utilisation des pesticides, des engrais chimiques de synthèse, d’OGM et de dérivés d’OGM.

Toutefois, les contrôles sont acceptés jusqu’à 0,9% de traces d’OGM, donc ce n’est pas parfait.

Et pour les produits transformés, jusqu’à 5% de produits non-bio est toléré, à nouveau, ce n’est pas idéal.

Bio Cohérence

Créé par un regroupements d’agriculteur.rice.s, soucieux d’aller plus loin que le label Bio Europe, Bio Cohérence est un label aux exigences très complètes.

Il indique par exemple qu’il faut que l’agriculteur.rice respecte la biodiversité (pas d’engrais chimiques, pesticides ou OGM).

Le producteur.trice doit aussi créer une carte situant son exploitation par rapport aux sources de pollution potentielles : axes routiers, décharges, incinérateurs, etc.

Les élevages hors-sol sont interdits, les bêtes doivent être nourries en alimentation bio et une attention à leur bien-être et santé doit être apportée.

Bref, un label très protecteur de la planète et des animaux d’élevage !

Le label bio Demeter

Demeter est un ancien parmi les labels, il existe en effet depuis 1928 !

Il s’inspire de l’agriculture biodynamique et est très strict dans ses exigences.

Ce label va plus loin que les autres, car il s’implique aussi dans la gestion des terres du paysan, qui est incité à pratiquer la rotation des cultures et à employer des engrais verts.

Dans le cas des produits transformés, 90% des produits doivent être Demeter et les 10% restants de l’agriculture bio !

Bio partenaire

Ce label créé en 2002 ajoute à l’exigence de conformité à la norme européenne une exigence de commerce équitable.

Bio Partenaire, c’est donc aussi une rémunération juste pour les producteur.rice.s, afin de redynamiser l’économie locale de nos territoires !

Nature & Progrès

Ce dernier label est assez ancien également : il date de 1964.

Il a pour particularité d’avoir été créé par des citoyen.ne.s et d’être indépendant du règlement européen.

Le cahier des charges s’adapte de manière régulière aux évolutions et connaissances environnementales issues de la recherche scientifique.

Un exemple : le label interdit l’utilisation d’huile de palme, car sa production est source de dommages importants sur l’environnement.

A noter : certains de ces labels ne sont pas (encore) très connus, malheureusement. Vous ne les trouverez donc pas dans les circuits de grande distribution habituels, mais principalement dans les circuits spécialisés (magasins bio).

ET RENDEZ-VOUS LE MARDI 24 SEPTEMBRE A 20H00 SALLE VOLTAIRE AU MANOIR pour notre première rencontre citoyenne sur le thème de l’alimentation. Sera présent un représentant du GAB 44, le groupement des agriculteurs bio du 44.

Venez nombreux débattre et vous informer, les enfants sont les bienvenus.

Envie d’en parler, d’en savoir plus, d’échanger avec des experts de l’agriculture biologique ? Contactez-nous, rejoignez-nous sur Facebook ou rendez-vous à notre Rencontre Citoyenne du mardi 24 septembre 2019 à Saint-Etienne de Montluc !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *